L'ASSOCIATION DES MUSULMANS PROGRESSITES DU CANADA

ASSOCIATION OF PROGRESSIVE MUSLIMS OF CANADA

WELCOME  ABOUT US   NEWS   EVENTS   PROJECTS   SPONSORS   AWARDEES   SPEECHES   CONTACT US

Up ] Dr. Siddiqui ] Hon. Roy McMurtry ] Barry Leon ] Senator Poy ] Ambassador Wilkins ] Paul Cavallluzzo ] [ Hon. Peter Milliken ] H. E. Farid Shafiyev ] H. E. R. Argunay ] Prof. Errol Mendes ] Zaib Shaikh ] Goldy Hyder ] Mrs. Vicky Heyman ] Mr. Tony Burman ]

 

Honourable Peter Milliken's Speech at the Association of Progressive Muslims of Canada's

16th Annual Eid-ul-Fitr Dinner held at Parliament Hill on September 22, 2010

Thank you, Kevin for that kind introduction.

Fellow parliamentarians, Excellencies, Ladies and Gentlemen, Mesdames et messieurs, it gives me great pleasure to be with you here this evening and accept this special award.    Assalaamu Alaykum! And a special hello to my fellow Kingstonians in the room.

It is indeed an honour to address you on what is sure to be a pleasant evening together.

I am told that the first official Eid-ul-Fitr celebrations were held on Parliament Hill in May 1996.  Parliament being a place for dialogue among citizens from different ethnic backgrounds, as well as  different parts of Canada, and the world, it is the perfect setting for such an event.  It is therefore most fitting that we are gathered here again tonight, to celebrate “the festival of Fast-Breaking” and feast together. 

For many of you, the month of Ramadan is a special time to purify the spirit through fasting, charity and extra prayers.  It is a time to express gratitude for the many blessings we often take for granted throughout the year. 

The mandate of both the Ontario and Canada Progressive Muslims organisations, that of promoting understanding and mutual respect among all faith groups and bring people from all backgrounds together to live in peace and harmony is an appropriate place for me to begin my remarks this evening.

I am grateful that such organisations exist in Canada, as they prepare young people to get involved in the Canadian political process at Municipal, Provincial and Federal levels, In addition, they undertake social, educational and economic projects for the uplift of Muslims in Canada and encourage the young to actively participate in community affairs. 

Your efforts have already borne fruit right here on Parliament Hill. In 1997, at the age of 25 Rahim Jaffer became the first Muslim to be elected to the House of Commons.  Today, we have one sitting MP who is Muslim, Ms. Yasmin Ratansi.

Islamic culture has given the world magnificent architecture; timeless poetry, beautiful music and elegant calligraphy. 

As the President of the United States , Barack Obama reminded us during his first official visit to Egypt : "Throughout history, Islam has demonstrated through words and deeds the possibilities of religious tolerance and racial equality."

At no point can Canada afford to lose sight of that tolerance.  Islam has long been a part of Canada’s story.  Through our policy of multiculturalism, Islamic culture has flourished across Canada since the immigration of large numbers of Muslims in the mid-1960s.  According to the 2001 census, there are roughly 600 thousand Muslims living in Canada who consider themselves as Muslim-Canadians. Today that number is closer to 900 thousand.

This growing community has contributed greatly to the makeup of Canada as well as our success as a country, whether in the fields of entertainment, academia or politics.  Canada ’s unique multicultural society has enabled Muslim-Canadians to start businesses, teach at our Universities, and excel in our sports arenas. Let there be no doubt: Islam is a part of Canada .

Through dialogue Canadians have had the opportunity to get to know their fellow citizens and form their own opinions based on mutual respect.  Dialogue has always been a Canadian characteristic.  Our commitment to dialogue, justice and compassion can go a long way to help Canadians of all faiths overcome their challenges.

Although Canada has come a long way to make Muslims feel at home in our country, we must work harder to maintain a dialogue, through frank, yet respectful discussions.  There must be a continuous effort to listen to one other; to learn from one other; to respect one another, and to seek common ground. 

The CBC ’s situation comedy Little Mosque on the Prairie is an attempt to build these bridges of understanding. This comedy, familiar to many of you, depicts Muslims as ordinary Canadians interacting with other ordinary Canadians. 

A survey of adult Muslims conducted across Canada in December 2006 asked questions about their experiences living in Canada.  At the time, 94% of those surveyed were proud to be Canadian, citing as reasons the policies of democracy, multiculturalism, peace, and humanitarianism. When asked what they liked the least, the majority replied – not unlike many ordinary Canadians: “weather and taxes”.

You should be proud of who you are and proud of your history, in order to become leaders in our country. 

In the words of Canadian author Sheema Khan, “Just as the Wizard of Oz characters discovered their own heart, intelligence, and courage, Muslims, too, need to uncover their own potential.”

Given the Koran’s overarching messages – to strive towards improving conditions for all of humanity, and that the essence of human dignity is fundamental to Islam, human rights are a natural starting point for a common understanding between Canada and Muslims worldwide. Furthermore, given the great emphasis Islam places on education, charity and justice, there are ample opportunities for Canadian Muslims to work with their fellow citizens and build a better Canada. Over time, Muslims living in Canada have been doing just that and Canada is a better country for it.  We can, and in my opinion, we must continue to learn from the Muslim approach.  

You have much to offer our country and many of you have already been contributing to our nation.  I applaud the accomplishments of Ms. Tyseer Aboulnasr, recipient of the Order of Ontario and dean of Applied Science at the University of British Columbia, Dr. Mamdouh Shoukri, President and Vice-Chancellor of York University, and Imam Dr. Zijad Delic, who works to build bridges between the Canadian Muslim community and mainstream Canadian society.  Other prominent Muslims in the Canadian community, such as Ms. Monia Mazigh, and Mr. Haroon Siddiqui have not only contributed to the fabric of our country but they have also led us to reflect on our fundamental Canadian values.  They, like so many others, have been examples to their fellow Canadian citizens and proof that they too can become instruments of change. 

In my career as Speaker, one of the most rewarding parts of my role has been the opportunity to meet with other parliamentarians, both in Canada and around the world and discuss issues of common concern. 

As Presiding Officer of the House of Commons, I often receive foreign visitors on Parliament Hill, from Ambassadors to heads of state and government to fellow speakers, as well as parliamentary delegations from foreign parliaments.  In addition, I regularly lead delegations composed of Members to parliaments in other countries, in order to meet with our international counterparts.  I have led a number of these all-party parliamentary delegations since becoming Speaker, some of them to the Muslim world, and I have found them all very enriching learning experiences.

In conclusion, I would like to reiterate how pleasant it is to be here this evening with friends and colleagues from different backgrounds to celebrate “the festival of Fast-Breaking” together.  I would also like to once again thank the Association of Progressive Muslims in Canada for honouring me this year with the APMC Parliament Hill Award. Thank you for your attention, I look forward to conversing with many of you over the course of the evening.

****************************************************************************************************

16e Dîner annuel soulignant l'Eid ul-Fitr

Association des musulmans progressistes du Canada

Le 22 septembre 2010

Merci, Kevin, de cette aimable présentation.

Chers collègues parlementaires, Excellences, Mesdames et Messieurs, je suis très heureux d’être ici ce soir et de recevoir ce prix spécial. Assalaamu Alaykum! Je voudrais saluer en particulier les gens de Kingston qui sont dans la salle.

C’est un honneur pour moi de prendre la parole en cette belle soirée.

On me dit que les premières célébrations officielles de l’Eid ul-Fitr sur la colline du Parlement ont eu lieu en mai 1996. Le Parlement étant un lieu de dialogue entre citoyens de diverses origines et de diverses régions du Canada, l’endroit se prête parfaitement à cette activité. Il est donc bien à propos que nous soyons de nouveau réunis ici ce soir pour festoyer et célébrer la fin du jeûne. 

Beaucoup d’entre vous consacrent tout spécialement le ramadan à se purifier l’esprit par le jeûne, la charité et des prières assidues. Ce mois se veut l’occasion de remercier le Ciel des nombreuses bénédictions dont il nous gratifie tout au long de l'année et que nous considérons souvent comme allant de soi.

Il convient donc tout particulièrement que mon allocution  s’inspire du mandat des organisations musulmanes progressistes de l’Ontario et du Canada, qui est de promouvoir la compréhension et le respect mutuels entre tous les groupes confessionnels et de rapprocher les gens de tous les horizons pour qu’ils vivent ensemble dans la paix et l’harmonie.

Je suis heureux que de telles organisations existent au Canada, car elles préparent les jeunes à participer à la vie politique du pays aux niveaux municipal, provincial et fédéral. De plus, ces organisations mettent sur pied des projets sociaux, éducatifs et économiques à l’intention des musulmans au Canada et encouragent les jeunes à participer activement aux affaires communautaires. 

Vos efforts ont déjà porté fruit ici, sur la colline du Parlement. En 1997, à l’âge de 25 ans, Rahim Jaffer est devenu le premier musulman à être élu à la Chambre des communes. Aujourd’hui, nous avons une députée musulmane, Mme Yasmin Ratansi.

La culture islamique a donné au monde entier une architecture magnifique, une poésie intemporelle, une musique inspirée et une calligraphie des plus élégantes. 

Comme le président des États‑Unis, Barack Obama, l’a souligné lors de sa première visite officielle en Égypte :

« Tout au long de l’histoire, l’islam a donné la preuve, en mots et en actes, des possibilités de la tolérance religieuse et de l’égalité raciale. »

Le Canada ne doit jamais perdre de vue cette tolérance. L’islam fait partie de l’histoire de notre pays depuis longtemps. Grâce à notre politique sur le multiculturalisme, la culture islamique s’est développée au Canada depuis l’immigration de grands nombres de musulmans au milieu des années 1960. En 2001, il y avait au Canada, d’après les données du recensement, environ 600 000 musulmans se considérant comme des musulmans canadiens. Aujourd’hui, ce nombre avoisine les 900 000.

Cette communauté grandissante a beaucoup contribué à l’évolution du Canada et au succès que nous connaissons en tant que pays, que ce soit en divertissement, en sciences ou en politique. Au sein de la mosaïque culturelle du Canada, les musulmans excellent dans les milieux d’affaires, dans les universités et sur la scène sportive. Une chose est claire : l’islam fait partie intégrante du Canada.

Grâce au dialogue, les Canadiens ont pu découvrir leurs concitoyens et se forger des opinions basées sur le respect mutuel. Le Canada a toujours prôné le dialogue. Notre engagement envers le dialogue, la justice et la compassion aide grandement les Canadiens de toutes confessions à surmonter les problèmes qui peuvent se poser.

Même si le Canada a multiplié les efforts pour rendre le pays accueillant aux musulmans, nous devons poursuivre le travail pour maintenir le dialogue grâce à des discussions franches et respectueuses. Nous devons rester à l’écoute les uns des autres, être prêts à apprendre les uns des autres, faire preuve de respect mutuel et chercher des terrains d’entente. 

La comédie La petite mosquée dans la Prairie présentée au réseau CBC tente de jeter des ponts entre nos cultures. Cette comédie, que bon nombre d’entre vous connaissent, montre que les musulmans sont des Canadiens ordinaires qui interagissent avec d’autres Canadiens ordinaires.

Dans un sondage réalisé en décembre 2006, les musulmans étaient appelés à commenter leur expérience de la vie au Canada. À l’époque, 94 % des musulmans interrogés se disaient fiers d’être Canadiens en raison de la démocratie, du multiculturalisme, de la paix et des valeurs humanitaires préconisées par le Canada. Interrogés sur ce qu’ils aimaient le moins, ils avaient répondu en majorité, comme l’auraient fait de nombreux Canadiens ordinaires, « la température et les impôts ».

Pour pouvoir devenir des leaders dans notre pays, vous devez être fiers de vous et fiers de votre histoire. 

Comme le faisait remarquer l’auteur canadien Sheema Khan: « Tout comme les personnages du Magicien d’Oz ont découvert leur cœur, leur intelligence et leur courage, les musulmans doivent, eux aussi, découvrir leur propre potentiel. »

Compte tenu des messages fondamentaux du Coran, qui visent l’amélioration des conditions de tous les humains, et compte tenu de l’importance que l’islam accorde à la dignité humaine, il est tout naturel que les droits de la personne constituent un point de départ pour la compréhension entre le Canada et les musulmans. De plus, étant donné l’impotance accordée à l’éducation, à la charité et à la justice, les possibilités sont nombreuses pour que les musulmans canadiens travaillent avec leurs concitoyens à l’édification du Canada. C’est ce que font depuis longtemps les musulmans qui vivent au Canada, et le Canada ne s’en porte que mieux. Nous pouvons et, à mon avis, nous devons, continuer à tirer parti de l’approche des musulmans.

Vous avez beaucoup à offrir à notre pays, et bon nombre d’entre vous l’ont d’ailleurs déjà fait. Je voudrais ici féliciter de leurs réalisations Mme Tyseer Aboulnasr, récipiendaire de l’Ordre de l’Ontario et doyenne des Sciences appliquées à l’Université de la Colombie‑Britannique, M. Mamdouh Shoukri, recteur et vice-chancelier de l’Université York, et l’imam Zijad Delic, qui s’emploie à bâtir des ponts entre la communauté musulmane du Canada et le reste de la société canadienne. D’autres éminents musulmans du Canada, comme Mme Monia Mazigh et M. Haroon Siddiqui, ont non seulement contribué au développement de notre pays mais nous ont aussi amenés à réfléchir aux valeurs qui nous sont chères, en tant que Canadiens. Ces concitoyens, comme de nombreux autres, sont une réelle source d’inspiration et nous montrent que nous pouvons, tous autant que nous sommes, faire évoluer la société.   

L’un des aspects de mon poste de Président qui me procure le plus de satisfaction est sans aucun doute la possibilité qui m’est offerte de rencontrer d’autres parlementaires, tant au pays qu’à l’étranger, et de discuter de questions d’intérêt commun. 

En tant que Président de la Chambre des communes, je reçois souvent sur la colline du Parlement des visiteurs étrangers, ambassadeurs, chefs d’État, autres présidents d’assemblée et délégations parlementaires de l’étranger. En outre, je me rends souvent dans d’autres pays, en tant que dirigeant de délégations parlementaires, pour y rencontrer des homologues. Depuis que j’occupe ce poste, je me suis rendu à quelques reprises dans des pays du monde musulman en compagnie de délégations parlementaires multipartites et je dois dire que ce fut, chaque fois, une expérience des plus enrichissantes.

Pour terminer, je tiens à redire que je suis très heureux d’être ici ce soir, en compagnie d’amis et de collègues de divers horizons, pour célébrer la fin du jeûne. Je remercie encore l’Association des musulmans progressistes du Canada de l’honneur qu’elle m’a fait en me remettant ce prix. Merci beaucoup de votre attention, et au plaisir de m’entretenir avec vous durant la soirée!